On ne pourra jamais nous empêcher de rêver.

23 juillet 2014

Trop, trop.

 

Trop de choses à dire.

 

J'ai rapidement parlé de mon nouveau groupe de potes dans l'article précédent. Je me disais à l'époque que c'étaient des gens cools, avec une vie un peu compliquée, mais qu'ils me permettraient de découvrir une nouvelle manière de penser, de voir le monde, etc. On s'est vite attachés à eux. Et c'est vrai, ce sont des gens sympas, on ne peut pas dire le contraire. Mais ce ne sont pas des gens biens. Vous savez, c'est le genre de personnes que les parents qualifient de "peu fréquentables". Le genre de personnes qui inquiètent les parents des jeunes qui les rencontrent. Personnellement, je n'ai pas parlé aux miens de ces nouveaux potes. De toute manière, ils ne savent rien de ma vie sociale. Ils sont persuadés que je n'ai que quelques amies féminines et que je passe mon temps à regarder des films avec elles en me gavant d'ours en guimauve, donc bon. Bref, ce n'est pas le sujet principal, je commence déjà à m'égarer.

Pour en revenir au sujet qui m'intéresse, ces gens là sont moins cools qu'ils n'y paraissaient au départ. A vrai dire, ils sont même néfastes. Moi qui me plaignais de sortir avec un drogué à l'époque Lul, j'ai presque honte de l'avoir pensé. Lul n'est pas un drogué, non. Lul est simplement un jeune ignorant. Ces gens là, par contre, le sont. Ils ont entre 16 et 21 ans, et se ruinent la santé avec toutes les merdes possibles et imaginables. Je me demande bien ce qu'ils n'ont encore jamais testé, c'est dire. Mais si ce n'était que ça.

Nous, on essaie de les ramener vers le haut, de les faire remonter la pente, mais en même temps, eux, ils nous descendent petit à petit. Ce n'est pas ce qu'ils veulent, certes, mais c'est inconscient. Ils le font sans s'en rendre compte. Enfin, moi non. Moi j'ai arrêté de les fréquenter. J'ai vite constaté les conséquences de leur influence sur notre quotidien, et c'est mauvais. Du coup, je ne les vois plus du tout. Mais mes deux meilleures amies, par contre, continuent à les voir. Forcément, puisque l'une d'elles sort avec le "chef de bande," aka le mec que je déteste plus que n'importe qui au monde, pour des raisons qui ne regardent que moi.

Du coup, ça creuse un fossé entre elles et moi, malheureusement. Elles continuent à me parler de leurs sorties avec eux, de leur univers, etc, et je commence petit à petit à me détacher d'elles. Parce qu'on a beau vouloir éviter les sujets qui fâchent, celui ci est un passage obligatoire dans chaque conversation. Faut dire que ça prend une place très importante dans notre quotidien commun. C'est fatiguant, j'en viens même à détester certains mots, ceux qui reviennent à chaque fois dans les discussions. Elles le savent, elles aussi, que ces gens ne nous apportent rien de bon, absolument rien. Mais elles continuent à les voir, surtout Lou, forcément. Elle est amoureuse, donc c'est normal.

Et mon copain, d'ailleurs. Parce qu'il fait partie de ce groupe là, lui aussi. Ça tourne dans le vide, qu'on se le dise. On ne s'est pas vus depuis au moins deux mois, et il m'a l'air tout aussi blasé que moi par la distance. Je pense que ça va bientôt péter. J'en dirai pas plus.

 

Que dire d'autre ? J'ai testé un truc qui s'appelle RVF. C'est une sorte de rééquilibrage de soi. Je suis pas experte en la matière, donc je saurai pas vraiment en parler. Mais je vous jure que ça fait un bien fou. Celle qui m'a fait cette RVF m'a fait sortir des choses qui me semblaient inconcevables. Elle m'a entre autres fait comprendre pourquoi, avec mes deux derniers copains, ça n'a jamais marché. Pourquoi je n'ai jamais rien ressenti pour eux de plus qu'une amitié complice. En fait, comme une conne, je serais tombée amoureuse de Max. On en revient toujours au même. Et je ne l'aurais pas oublié, même plus d'un an après ce qu'il m'a fait. Donc forcément, quand on est amoureux d'une personne, ça peut difficilement coller avec une autre. Ce n'est pas l'unique raison, et je préfère garder les autres pour moi, mais apparemment ce type a constitué l'une des plus grosses douleurs de ma courte vie. Lui, et la relation conflictuelle avec mon père. Mais maintenant que je sais tout ça, je suis actuellement en gros travail sur moi-même, pour réellement l'oublier, ce grand idiot. C'est long et compliqué, mais je suis motivée à le faire. Ça ne peut m'apporter que du bien, au final.

Grâce à ce soin, j'ai pu prendre plus confiance en moi, et arrêter de me bloquer sur n'importe quoi. J'ai toujours eu quelques difficultés à aller vers la gente masculine de moi même, à m'ouvrir à eux, etc. Donc pour faire de nouvelles rencontres, il fallait que j'attende d'être abordée, que le mec relance la conversation, etc. Ou alors, il fallait qu'on soit en groupe, que je sois avec mes deux meilleures amies, qui elles, savent y faire avec eux. Mais désormais, je fais des efforts. J'ai rencontré, un gars, l'autre jour, super sympa. On est restés discuter ensemble pendant un moment, on s'est vite bien entendus, et pour une fois, je n'ai pas coupé court à la conversation. Et même, on a échangé nos numéros, et sans réfléchir, quelques jours plus tard, je lui ai renvoyé un sms pour discuter un peu. Chose que je n'aurais jamais fait avant la RVF. Ça peut paraitre complètement idiot, anodin pour certains, mais pour moi, c'est une grande avancée, et j'en suis très fière. Je vais arrêter de vivre par mes amies, et enfin me faire des potes qui ne seront pas forcément communs aux leurs. Je suis motivée à me bouger le cul pour me rendre intéressante et plaisante aux yeux des gens, sans évidemment tomber pour autant dans la prétention, ça va de soi.

 

D'autres nouvelles cathartiques à venir.

 

-

Posté par FckingDisaster à 16:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]


10 mars 2014

Eh, salut ! Je vais bien.

Rien écrit ici depuis l'été dernier. Il faut dire que j'ai pas vécu des choses de dingue depuis ce temps là. Quoique, la Fête du Bruit à Landerneau était pas mal. Mais dans mes relations avec autrui, c'était... Un vide total. J'ai laissé ce truc à l'abandon pendant si longtemps que je suis quasi sûre que plus personne ne viendra le lire. Si tant est que quelqu'un venait le lire quand je l'alimentais à peu près régulièrement. Enfin, j'ai ma petite idée là-dessus, mais c'est pas très important. Le but premier de ce truc n'est pas d'être lu, seulement de me vider l'esprit. En fait, je me suis rendue compte qu'à chaque fois que j'écrivais ici, j'allais pas vraiment bien. Du coup, pour éviter de passer pour une gothique dépressive narcissique et droguée à l'insomnie, je viens partager avec mon écran ma bonne humeur actuelle. Quant au côté insomniaque, j'ai pas encore trouvé de solution : au moment où j'écris ceci, il fait encore nuit noire. Enfin bref.

Lou est sortie avec ce mec. Ça aura duré deux mois. Puis ça s'est terminé. Ils se sont détestés, mais maintenant ils sont à peu près potes. En même temps, difficile de faire autrement et d'ignorer son ex alors qu'on doit se le coltiner dans sa classe quatre jours et demi par semaine. Bref. C'est pas l'amour fou entre eux deux, mais au moins ils se tolèrent, et c'est largement suffisant. Maintenant, Lou est avec un autre mec, et c'est genre un truc de dingue. Il fait partie d'un groupe de personnes qu'on a rencontrées récemment. Et il est génial pour elle. Je l'ai jamais vue aussi attachée à un mec, je suis heureuse pour elle. Pour eux deux. Sincèrement heureuse. Il a certes quelques problèmes à régler, mais outre ces fameux problèmes, il est tout ce qu'elle cherchait. C'est génial.

Moi aussi, j'ai un copain, d'ailleurs. Je sais pas si ça va durer, combien de temps ça va durer, c'est tout neuf. Quelques jours à peine. Je préfère ne pas m'aventurer en estimant que c'est le mec dont je suis folle et avec qui je veux passer ma vie et qui sera la solution à mes problèmes. Parce que je me rends compte que j'ai cru ça pour Lul, mon "premier copain", avec qui je suis restée à peine deux mois, et qui m'a finalement fait un sale coup. Et j'ai également cru ça pour l'autre, là. Max. Qui, au bout de près de deux ans d'une amitié que je croyais fusionnelle, m'a finalement fait comprendre qu'il n'avait plus rien à battre de ma sale tronche de fausse rouquine. Mais bon, ce nouveau copain est bien parti pour être l'une, si ce n'est ma meilleure relation à ce jour. Mais ne nous aventurons pas trop. Je préfère éviter de m'imaginer vivre un conte de fée avec le prince charmant dont j'ai toujours rêvé, pour au final me prendre une énorme claque qui me plomberait à nouveau le moral pour des mois et des mois. Vivons l'instant présent. Pour l'instant, ce mec est génial. Il va un peu vite, certes, mais il est adorable. Il est beau, il me fait rire, il est prêt à changer pour régler ses problèmes, il a beaucoup de discussion, de culture, d'humour, de sensibilité. Il est génial. On verra bien par la suite. Mais il a bien moins l'air d'être un connard, en tous cas.

Li ne va pas super bien, par contre. Elle ne se sent pas super bien intégrée au nouveau groupe que l'on a rencontré il y a quelques semaines. J'espère sincèrement que ça va s'arranger et qu'elle va finir par s'habituer à eux. Mais ça va venir, j'en suis persuadée. Déjà, l'annonce qu'elle nous a faite, à Lou et à moi, m'a rempli de joie : elle arrête son régime qui l'a fait tomber à 42kg à peine et qui lui a sapé sa joie de vivre pendant bien trop longtemps. Et celle de Lou et la mienne aussi, par la même occasion. Maintenant je sais qu'on va à nouveau pouvoir revivre de bons moment à s'éclater le bide avec des oursons en guimauve et autres bonbons en tous genres. Enfin, c'est ce que j'espère, mais j'y crois pas trop. On verra bien. Déjà, si elle arrête de manger ces horribles barres repas et ces milkshakes peu consistants, c'est un très bon début. Rien que le fait qu'elle fasse l'effort d'aller mieux dessine un sourire bête et inconscient sur mon visage.

J'ai rapidement relu les anciens articles postés ici. C'est marrant comme tout ça me parait si loin. Et comme j'ai pu porter de l'attention à Max. Je veux dire, une telle attention. Quand je relis tout ça, j'ai l'impression que je ne vivais que pour lui, ça craint. Je sais pas comment j'ai pu me laisser berner pendant aussi longtemps par lui. De temps en temps, je relis nos anciens messages, et j'ai du mal à réaliser à quel point on était proches l'un de l'autre, et à quel point, maintenant, il est devenu un total inconnu. Il me manque, parfois, j'avoue. L'autre jour, d'ailleurs, je l'ai croisé. Il m'a pas vu, je crois. Je sais pas comment j'aurais réagi, s'il m'avait vu. Je sais encore moins comment lui, il aurait réagi, d'ailleurs. Il m'aurait sûrement ignoré. Il était avec une fille, tiens. Encore une différente. En fait, finalement, j'étais seulement un pauvre nom sur son tableau de chasse. Le premier, et sûrement celui qui, à ce jour, a duré le plus longtemps. Mais seulement un pauvre nom parmi d'autres. Je devrais être triste d'écrire tout ça, mais au final je souris encore comme une niaise. Ce mec n'a juste pas assez de cran pour oser se caser officiellement avec une fille. J'en éprouverais presque de la pitié pour lui. S'il savait à quel point je le méprise maintenant. En plus, je ne dois pas être la seule, à le mépriser. Tous les autres noms de son tableau de chasse doivent éprouver la même sensation. Il doit se sentir adoré avec sa nouvelle cible. Mais en fait, à côté de ça, il y en a bien plus qui crachent sur son nom.

Moi je m'en fous, désormais. Mes nouvelles connaissances et mes potes actuels me suffisent amplement, je me sens plus proche que jamais de mes deux meilleures amies, j'adore mon nouveau copain. En fait, j'éprouve de l'amour pour tellement de monde en ce moment, que ce Max n'a plus aucune place dans mon coeur. Il reste cependant dans mon esprit comme un fabuleux souvenir, bien que mal, très mal achevé. J'aurais préféré qu'on se perde petit à petit de vue, comme avec Mathilde (bien que perdre Mathilde de vue ait été une énorme déchirure pour moi), ça aurait fait bien moins de mal que les mots qu'il a employés.

Avis à ceux qui se seraient donc peut être un petit peu inquiété par mon absence, et qui auraient cru à une profonde dépression :LOL:, je vais définitivement bien. Tout va bien. Je n'ai pas été aussi heureuse depuis bien longtemps, et ça fait un bien fou, croyez moi.

 

-

 

Posté par FckingDisaster à 01:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2013

Fini.

FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI FINI

 

Fini. Putain, c'est fini.

 

Voilà comment deux merveilleuses années se terminent à cause d'un pauvre con.

Bordel, malgré toutes les sales coups que tu m'as faits, malgré ton désintéressement, malgré l'autre, malgré tes sauts d'humeur, malgré ta possessivité. Malgré la haine que j'ai eu envers toi, malgré tous les torrents que j'ai chialés à cause de toi. Tu me manques. Sombre crétin, je pèse mes mots.

 

 

Posté par FckingDisaster à 17:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juin 2013

"Je t'en parlerai à la fin des cours."

Le mec, il va "bof". En gros ça va pas. Il se passe une histoire qui lui occupe l'esprit depuis quelques jours, et il veut pas m'en parler. Pourquoi, j'en sais rien. Je suis sûre que c'est à propos de l'autre fille qui lui tourne autour. En vrai je devrais pas, mais je suis jalouse. Ça me ferait chier s'il se passait quelque chose entre eux deux. Parce que, le mec, depuis quelques moments maintenant, il est devenu plus qu'un ami à mes yeux. Pas non plus au point d'avoir des sentiments amoureux, mais le fait de devoir le laisser à une autre me ferait vraiment beaucoup chier. Et il a du se rendre compte qu'il se passait quelque chose aussi dans ma tête. J'ai l'impression que c'est à sens unique. Mais alors, faudrait qu'il se fasse soigner. Parce que c'était lui le premier à avoir lancé les hostilités ambiguës entre nous, pas moi. Je sais pas, je suis pas un robot non plus, je suis capable d'avoir des sentiments, et à cause de lui je suis complètement paumée. A croire qu'il aime me niquer l'esprit. Il m'a dit qu'il me parlerait de cette histoire dès la fin des cours. Dans une semaine, donc. C'est trop long, comment il veut que j'attende? Il se rend pas compte que j'y pense tout le temps, à cette histoire? J'ai l'impression que cette histoire va changer beaucoup de choses dans notre relation, surtout s'il s'agit de ce que je pense. Et je suis presque certaine que c'est le cas, sinon il aurait pas mis autant de temps à m'en parler. Parce qu'en général, on se dit presque tout, la seule chose c'est qu'on parle pas trop de nos sentiments amoureux envers quelqu'un d'autre. La dernière fois, avec l'histoire de Lul, c'était parti en couille, et d'ailleurs on évite toujours le sujet maintenant. Et je pense que ça repartira en couille si ce que je suppose est confirmé. Ça va me faire un choc, j'ai vraiment pas envie que ça arrive. Vraiment, vraiment, vraiment, vraiment, vraiment pas.

Vivement que cette putain de semaine se passe, pour qu'il puisse enfin me dire ce qui lui encombre autant l'esprit, et le mien par la même occasion.

Si ça se trouve, ça sera un truc totalement différent, genre qu'il trafique de la drogue, ou je ne sais quoi. A vrai dire, je préfèrerais. Mais ça m'étonnerait.

Posté par FckingDisaster à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2013

15 Août 2012.

Bon, voilà. Ce sera pas non plus un message de détresse, mais en vrai, t'imagines même pas à quel point tu me manques. A quel point j'aimerais passer 5h au téléphone avec toi, histoire qu'on se raconte tout ce qui nous est arrivé depuis la dernière fois qu'on s'est appelé, parce que ça commence à remonter à longtemps. Et, ouais, ça me manque d'entendre ta voix toute aiguë qui part des fois en cacahuète me raconter tes petits soucis sentimentaux, ou autres, et ça me manque aussi de pouvoir me confier à toi au sujet des miens. Et puis ton rire aussi, il me manque.

En fait, tout me manque chez toi.

Tu me manques.

431504_419562501413249_55349435_n

Je suis retombée sur cette photo, qui me parait plutôt bien cool. C'était quand on s'est vues une fois, quand j'étais montée sur Rennes cet été. Il faisait beau, et puis j'avais soif, alors du coup je m'étais acheté une bouteille de Coca à 2€05, vlà l'arnaque. Et puis après, on était allées dans le grand parc, avec l'herbe qui était genre super super verte, sauf qu'on voit pas ça avec l'effet N&B de ton appareil photo, mais c'est pas bien grave. Et puis d'ailleurs, sur la photo, on voit tes chaussures, magaad, elles sont canons, je crois que je te l'aurai jamais assez répété. Bref.

Je me souviens d'un autre truc aussi, c'est quand tu es sortie de la bouche de métro avec ton sac rose de Berlin, et que j'ai couru comme une folle jusqu'à toi. Et que je me suis rendue compte que t'étais suuper grande par rapport à moi. Mais surtout, on s'est fait un méga gros câlin, le genre de câlin dont on se rappelle encore longtemps après - regarde, encore près d'un an après, je m'en souviens parfaitement. Et puis que, comme une conne, je savais plus quoi dire tellement j'étais contente de te voir, et tellement tu sentais bon, et tellement t'étais belle, encore plus belle que je l'imaginais, et puis après j'ai plus vu grand chose pendant quelques secondes, parce que j'avais les larmes aux yeux, tellement c'était génial de te voir en vrai.

 

On dirait une déclaration d'amour, ce que je raconte, mais non, je veux juste t'informer que tu me manques au plus haut point. Que tout ça, ça me manque. Tu vas certainement jamais tomber sur ça, mais c'est pas grave, tant pis au pire. Au moins, j'ai déballé tout ce que j'avais à dire.

Encore une dernière fois: tu me manques.

 

CATHARSIS: n.f. Toute méthode thérapeutique qui vise à obtenir une situation de crise émotionnelle telle que cette manifestation critique provoque une solution du problème que la crise met en scène.
Exemple: l'article "15 AOÛT 2012" de "http://fckingdisaster.canalblog.com/" est une écriture cathartique.

Posté par FckingDisaster à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 mai 2013

Bref, on révise pour l'oral.

"Le but de Diderot dans son anti-roman Jacques le Fataliste et son Maître est de frustrer et d'agacer le lecteur."

 

Félicitations Denis, t'as réussi ton coup !

 

Et sinon, je crois que je ne remercierai jamais assez une très chère amie de m'avoir fait découvrir Fauve. C'est une tuerie. Et au passage, cette très chère amie me manque monstrueusement. Mathilde, si tu passes par là, c'est de toi que je parle.

Posté par FckingDisaster à 00:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2013

Playlist.

Unchained -2PAC + James Brown

Understanding - Systr / Simplyd4rk remix

Turn out the lights - Steel Panther

Radioactive - Imagine Dragons

Somebody to love - Queen

Is this it - Asaf Avidan

Wild horses - The Rolling stones

Au creux de ton bras - Mano Solo

Say it ain't so, Joe - Murray Head

Lana del Rey - Dark Paradise

People are strange - The Doors

Lady d'Arbanville - Cat Stevens

Cut dem - Skindred

Intergalactic planetary - The Beastie boys

Je suis venu vous voir - Mano Solo

In waves - Trivium

Colorblind - Lenox

Wrong - Depeche Mode

Smokey taboo - Coco Rosie

Breezeblock - Alt-J

Etc. Etc.

Posté par FckingDisaster à 02:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Non, non, non, non, non, surtout pas ça.

Pour donner des nouvelles, je ne vois plus le groupe depuis maintenant plusieurs semaines. Je dirais même depuis les vacances de Février. Je continue à voir Lou et Li, forcément, et j'ai pu voir Lul de temps en temps pour qu'on répète notre chanson pour un concert.

Lou est sur le point de sortir avec le mec dont les adjectifs sont soit trop, soit pas assez descriptifs. Et ça me rend aigrie. Inconsciemment, plus elle l'aprécie, plus je le déteste. Et je ne peux pas m'empêcher de lancer des remarques cinglantes à son sujet à chaque fois qu'elle parle de lui comme si elle en était folle. Et ça me met hors de moi.

Li en a marre d'être seule, surtout pour sa fierté. Alors elle va tenter de sortir avec un certain Dm, juste pour une semaine, pour arrêter de se dire que son dernier copain date de Octobre dernier.

Pour le concert avec Lul, j'étais trop contente. Les répétitions nous avaient permi de nous rapprocher à nouveau, amicalement parlant bien sûr (bien que, apparemment selon les rumeurs, Monsieur aurait, il y a quelques temps, voulu retenter), et je me faisais une joie de pouvoir concrétiser cette amitié sur scène. Sauf que ce crétin n'avait pas vérifié ses horaires de train, il n'est donc pas venu.

Moi, je suis fatiguée. Physiquement par toutes ces épreuves de bac blanc et autres devoirs de plusieurs heures, par ces nuits de cinq heures à peine, de ces répétitions pour une probable prochaine représentation, etc. Moralementpar toutes ces histoires, et bien d'autres encore qui se rajoutent les unes après les autres, comme s'il n'y en avait jamais assez.

 

Même Max n'y peut rien, il suffit juste d'attendre les vacances pour que je me repose enfin, et que je m'éloigne de toutes mes préocupations.

 

Plus qu'une semaine. Plus qu'une putain de semaine.

 


DSC03354-bis

 

Qu'on m'explique pourquoi je mets à chaque fois une photo de moi. Parce que je suis tout sauf narcissique, à la base.

Posté par FckingDisaster à 01:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2012

Déchéance.

Le groupe, enfin, le début du groupe "stable", à savoir Lou, Lis, Mar, Lul, Y, Ya, Gau et moi-même, s'est formé pendant les grandes vacances. On a également vu des allers et retours de T et V, quelques venues de Mor&Meg, et puis aussi cette histoire avec Al. Et, depuis peu, la venue concrète de Atl.

Pendant les grandes vacances, j'ai eu cette histoire avec Lul. Là, c'était cool. Lul s'intéressait principalement à moi, et pas à la fumette. Le groupe s'amusait vraiment bien, se voyait souvent, le plus souvent possible. Il se manquait quand il ne se voyait pas. Il s'amusait toujours, les membres riaient ensemble. Tous ensemble.

Mais Lul&Jo, c'est terminé. Et c'est vraiment mieux comme ça, vu la suite des évènements.

Lul a compensé son "célibat" (plus ou moins, puisqu'on ne sait pas si, au final, il sort avec l'autre ou pas.) en fumant plus. Et, petit à petit, on a pu constater une mauvaise habitude qui s'installa. Mar ramena de plus en plus de "rêve en barre", elle est la fournisseuse du groupe. D'ailleurs, Ya la charrie plus fréquemment, s'étonnant du prix aussi bas auquel elle achetait son reb.

Maintenant, tout le groupe, sauf Lou, Lis, Atl et moi-même, fume. De plus en plus. A chaque fois que le groupe se voit, ils fument. C'est idiot, dangereux, et ça n'amuse qu'eux. Parce que le reste du groupe préfère les voir rire et être actifs, plutôt que se balader avec des concombres vapeur qui se donnent en spectacle en riant inutilement comme des beunets.

Celui qui fume un peu moins aussi, c'est Ya. Sur ça, il se rattrape. Mais il a autre chose qui fait qu'il n'est pas tout blanc: il a tendance à charrier les filles du groupe. Un peu trop. Il dit de Lou qu'elle est du genre à sortir avec n'importe quel mec et qu'elle ne résistera plus très longtemps à Gau, de Lis que son physique avantageux est utile pour un probable passe-temps rémunéré (pour le dire soft), et plus ou moins de Mar comme de Lis.

L'autre jour, Lis a reçu un message de Mar.

"Salut les filles, on ne se verra pas pendant un moment, Ya m'a poussé à bout, il est allé trop loin."

 

 

Tout fout le camp. Les mines fermées se font plus présentes que les sourires, les critiques plus que les blagues, les yeux humides plus que les lèvres rieuses.


Il est où, le groupe des vacances, qui s'amusait toujours, qui voulait se voir le plus souvent possible, qui se manquait quand il ne se voyait pas ?

 

Il est mort... ?

Posté par FckingDisaster à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2012

Athazagoraphobie : Peur d'être oublié, ignoré.

Je pense être athazagoraphobe. Oui, c'est peut-être un bilan précoce, mais c'est ce que pense qu'il en résulte. Ou alors, c'est simplement un énorme - et le mot est faible - sentiment d'infériorité.

 

Lou et Lis sont les deux filles avec lesquelles je partage énormément. Elles sont parfaites. Problème: Elles ne le sont pas qu'à mes yeux.

Les garçons du groupe sont du genre à les apprécier. Beaucoup. Quand on est appelées, c'est toujours "Lou, Lis et Jo", ou "Lis, Lou et Jo" ; Jamais Jo en premier. C'est un petit détail, mais il fait la différence. Aussi, quand on nous parle, c'est souvent à Lis ou à Lou que l'on adresse la parole. Et à Jo ? Non, toujours rien.

Autre chose. Elles sont toutes sorties avec la majorité des garçons du groupe. Et Jo dans tout ça ? Bah Jo, elle est sortie avec Lul, après que Lul s'est pris un rateau avec Lou. Et c'est tout. Parce que personne n'aime Jo, on a l'impression. Ou plutôt, personne ne la voit.

Et ça, ça fait vraiment très mal. Entendre des "Ah pardon, je t'avais pas vu" à longueur de journée, ou des "Tu es aussi invisible que l'air dans l'atmosphère" sortis par ses propres amies, tout le temps, c'est horrible. Même si c'est censé être humoristique. A la fin, on y croit forcément.

Alors, ce qu'il se passe quand Jo abuse des bonnes choses et qu'elle n'est plus dans son état naturel, c'est que Jo pleure. Beaucoup. Et, indirectement et involontairement, c'est probablement dans le but d'être regardée et que l'on s'occupe d'elle. Mais c'est très chiant. Selon les statistiques, il y a 90% de chances qu'elle se mette à pleurer lors de soirées. Celle d'hier était particulièrement horrible.

Lul était présent, il avait l'air de s'occuper de Lou et Lis. Évidemment, comme j'ai toujours quelques sentiments pour lui, j'étais dégoûtée. Lors d'un jeu, j'ai abusé. Abusé comme jamais. Ma tête a tourné, je voyais tout flou. Et j'ai pleuré, de 22h à 1h. Suite à ça, je suis rentrée chez Lis pour me calmer ; J'avais encore gâché une soirée. Je ne me rappelle de presque plus rien, mis à part le seau rouge ou orange, et d'autres images qui me reviennent, comme Ya et Gaut me portant, Ya me prenant le dos, Lou me consolant mais s'énervant en constatant que ses efforts étaient vains, et Lul.

Lul, qui a bien trop abusé, lui aussi. Mais pas de la même manière. Il était beaucoup trop proche de moi, alors qu'il savait que j'avais encore quelques sentiments pour lui. Lou et Lis ont cru halluciner apparemment. Il parait qu'on était comme trois semaines auparavant, plus ou moins.

Le lendemain, nouvelle fracassante : J'apprends de Lou et Lis que Lul a une nouvelle copine. Cette nouvelle m'a fait l'effet d'un coup de poing dans le coeur. Pire, Lul ne voulait même pas me le dire. Il voulait que je l'apprenne par FB. Preuve à nouveau que je ne suis importante aux yeux de personne.

 

 

"MAAAAAAAAAAAAAAAAX !"

 

 

Posté par FckingDisaster à 16:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]